Oeil de Tigre

MASSENET Margot Voir la page de MASSENET Margot


Curiosité ( janvier 2016)

 

carton, colle, papier, crayons, feutre, gouache.

 

L'œil du Léopard représente l'impact que les hommes ont sur un tel animal. Nous, en tant qu'êtres humains, avons l'habitude de ne prendre en considération que nos propres points de vue et d'ignorer ceux qui nous sont opposés. Notre vision de la vie peut être différente des autres. C'est pourquoi je crois que la curiosité et la prise de conscience de différentes perspectives sont cruciales pour adopter une autre façon de penser. En comprenant l'autre, nous sommes capables de vivre en harmonie et d'accepter quelqu'un de différent de nous-mêmes.

Curiosity (Leopard’s eye) (January 2016)

 

cardboard, glue, paper, pencils, felt pen, gouache.

 

The Leopard 's eye represents the impact  men have  on such an animal . We, as humans, are used to only taking into consideration our own viewpoints and ignoring any opposing ones . Our vision of life can be different from others. This is why I believe that curiosity and being aware of different perspectives is crucial in adopting another way of thinking. By understand the other, we are able to live in harmony and accept anyone different from  ourselves.

 

MMASS001


Biographie



Jeune étudiante en design d’innovation durable, Margot Massenet se glisse dans le monde artistique en bousculant les codes. Un trait précis, une exigence de la matière. Une recherche multiforme de sens

Margot Massenet interroge notre rapport à l’animal.

Que représente une corne tellement convoitée qu’on en vienne à assassiner un être vivant devenu objet dans un zoo ? L’homme s’approprie l’animal et s’en nourrit pour se sublimer, parfois jusqu’à l’écœurement.

Margot Massenet travaille à simplifier les formes et trouver dans un trait l’expression singulière de l’animal. Elle cherche à intriguer, à donner à penser le temps d’un instant que les animaux pourraient être vivants à coté de nous. Chaque œuvre est une invitation à rentrer en contact avec son sujet. C’est dans cette proximité que le spectateur peut changer de perspective et repenser sa relation au monde du vivant.

Elle expose en 2015 à la Galerie Nikki Diana Marquardt à Paris une œuvre mixte de photos, collages et acryliques.