Balbuzard pêcheur

LY Igor Voir la page de LY Igor


Cette huile sur panneau carrée représente, comme son titre l’indique, un balbuzard pêcheur. L’oiseau se tient debout sur un tronc d’arbre, tourné vers le côté gauche. Cette posture est l’un des traits récurrents dans l’art d’Igor Ly. Son très grand œil vert semble nous regarder. Ses plumes sont à la fois blanches et brunes et rendent, à vue d’œil, l’entièreté de son plumage gris. Toutefois, son cou et ses pattes sont blanches et se font écho, tout comme la noirceur de son bec faisant écho à celle de ses griffes. Le bec et les griffes ont d’ailleurs la même forme crochue.

C’est en partie grâce à cela que le balbuzard pêche aussi facilement : il agrippe et s’empare des poissons avec ses griffes. Le poisson, mort, gît entre ses pattes, la moitié du corps pendue au tronc d’arbre. Il est de la même couleur que le plumage de l’oiseau : le prédateur et sa proie se confondent, devant un fond vert-gris qui rappelle la couleur des rivières et des lacs.

Le balbuzard pêcheur est un oiseau particulier : il fait partie de la famille des rapaces, pourtant on le rapproche souvent de la famille des aigles et des vautours. C’est l’une des espèces d’oiseaux les plus répandues dans le monde, de l’Amérique à l’Asie en passant par l’Afrique et l’Europe. Une espèce bien connue de l’homme, aujourd’hui l’objet de ses toiles.

ENG : An osprey is standing on a tree trunk, turned to the left. Its plumage is both white and brown, and its beak and its claws are black. All the colors answer each other on different parts of its body. Between its claws lies a fish it has just caught. Bird present on all continents, it is well known to humans who try to understand its behavior and to immortalize it on the canvas.


Biographie



Autodidacte, Igor Ly passe son enfance à dessiner des animaux, sous la houlette d'un grand-père qui modelait des figurines d'animaux pour une firme de jouets, et n'a jamais cessé de le faire depuis, d'abord au cours de ses études, puis aujourd'hui encore parallèlement à son activité d'enseignant-chercheur à l'Université d'Aix-Marseille. À l'opposé d'une recherche artificielle d'originalité ou d'effets spectaculaires dont le charme n'est jamais qu'éphémère, son travail se caractérise par une quête de justesse, d'élégance, de caractère et de vérité, en particulier dans ses portraits de chiens et de chevaux dont la profondeur est celle de l'histoire multimillénaire qu'ils partagent avec les hommes.